août 24, 2020

Quelles différences entre juriste et avocat d’entreprise ?

Par admin

Le juriste et l’avocat sont tous deux des spécialistes du droit. À ce titre, ils peuvent fournir des conseils juridiques à toute personne physique ou morale. Cependant, il existe d’énormes différences entre ces deux professions. L’exercice de la profession d’avocat est strictement encadré et se fait sous le regard bienveillant du barreau au sein duquel il est inscrit.

Le rôle du juriste et de l’avocat au sein d’une entreprise

Le juriste d’entreprise est un collaborateur interne. Il assure la veille juridique et vérifie tous les documents qui engagent l’entreprise. Il assure également le rôle de conseiller juridique pour le compte de l’entreprise qui l’emploie.

Le juriste d’entreprise fait carrière au sein de l’entreprise qui l’a recruté et se rend disponible pour elle à tout moment. Il veille aux intérêts de celle-ci. C’est à lui que revient la charge de produire les différents documents. Le juriste d’entreprise ne travaille que pour son employeur en raison de la clause de non-concurrence.

Quant à l’avocat, il est un auxiliaire de justice assermenté et indépendant. Tout comme le juriste, il peut rédiger des actes, jouer le rôle de conseiller juridique, etc. Le célèbre présentateur télé Dominique Warluzel (www.dominiquewarluzel.com) est un avocat qui rédige des actes sous seing privé. Ce corps de métier fait partie des professions libérales. L’avocat est autorisé à représenter son client. Il est également habilité, à le défendre devant les juridictions. L’avocat contrairement au juriste dispose d’une marge de manœuvre dans l’exercice de sa profession. L’avocat peut conseiller plusieurs entreprises.

Les restrictions liées aux deux fonctions

La profession d’avocat est très règlementée. L’avocat appartient à un ordre et est astreint à des obligations. Il a l’obligation de réserve, et doit observer scrupuleusement les règles déontologiques de sa corporation. Tout manquement est passible de graves sanctions.

Tout avocat est lié par son serment. Il est tenu au secret professionnel. Quelle que soit la nature des échanges (écrit, électronique, verbal) entre un client et son avocat, ils doivent faire l’objet de confidentialité. Ce dernier a également l’obligation de faire preuve de loyauté envers le client qui l’a commis. Ainsi, il ne doit jamais conseiller ou défendre la partie adverse.

S’agissant du juriste qui exerce au sein d’une entreprise, il n’est soumis qu’au règlement intérieur de ladite entreprise. Il n’a pas de code de déontologie à respecter contrairement à l’avocat, donc aucune obligation morale. Les décisions ou orientations du juriste peuvent être influencées par un intérêt immédiat ou futur. Il n’est tenu à aucune obligation de confidentialité.

Somme toute, il convient de retenir qu’à l’instar de l’avocat, le juriste d’entreprise peut rédiger les actes. Cependant, il ne peut le faire que pour l’entreprise qui l’emploie. Il peut également fournir des conseils, mais uniquement dans le cadre des activités impliquant l’entreprise dans laquelle il travaille. En ce qui concerne l’avocat, il peut fournir ses conseils juridiques à plusieurs clients à la fois. Il peut légalement représenter et défendre ses clients devant les tribunaux. L’avocat d’entreprise est couvert par une assurance qui couvre ses éventuelles erreurs, ce qui n’est pas le cas du juriste d’entreprise.